Veille études & sondages
mai 2014

24 mai 2014
0
Etudes & sondages

So Youth présente une sélection d’études sociologiques et marketing  sur les jeunes. Restez en veille sur les thématiques formation, entreprise, consommation, rapport aux médias…

La jeune génération cherche avant tout à se réaliser dans le travail

Selon la sociologue Patricia Vendramin (Université de Louvain, Belgique) « Nous avons affaire à une génération très qualifiée, avec des attentes élevées vis-à-vis du travail, et ce dans plusieurs dimensions. La dimension instrumentale, car ils attendent un salaire juste et une sécurité de l’emploi. La dimension sociale, au sens où le travail doit apporter des relations sociales de qualité. La dimension expressive, enfin, puisque le travail doit être synonyme d’épanouissement de soi ».

Accéder à l’entretien

En quoi les jeunes croient-ils ?

Selon une étude sociologique réalisée par Alain Bouchard, chargé de cours à la Faculté de théologie et de sciences religieuses au  Cégep de Sainte-Foy, auprès de 2076 étudiants, les croyances religieuses mais aussi ésotériques seraient en net recul chez les jeunes. Le sociologue ne s’attendait pas à un tel désenchantement pour l’univers du surnaturel, lequel pensait-il avait supplanté le religieux.

En 1988, 71% des répondants croyaient en la télépathie, soit qu’il était possible de communiquer par la pensée. En 2014, ils ne sont plus que 10%.

La prémonition (sentiment que quelque chose va arriver avant qu’elle ne se produise) était la deuxième croyance la plus populaire avec 84% d’adhésion il y a 25 ans. Les répondants d’aujourd’hui ne sont plus que 40% à y croire.

En 2014, 47% ne s’identifient à aucune religion alors qu’ils étaient 9% dans ce cas en 1988. En 1988, 63% disaient croire en Dieu et 40% estimaient que «Jésus-Christ était Dieu». Ces pourcentages s’élèvent respectivement à 21% et à 8% en 2014.

Alors, en quoi ont foi les jeunes en 2014? Principalement en eux, explique Alain Bouchard.

Accéder à l’article

Les Y plus portés sur le luxe que leurs aînés

D’après « Millennials on the Road to Affluence », une étude Unity Marketing portant sur l’importance de la génération Y dans le secteur du luxe, les Y fortunés sont en passe de devenir les plus grands consommateurs de luxe d’ici 2018-2020. En effet, comme le rappelle cette étude, les dépenses luxe ne sont plus simplement relatives au niveau de revenu du consommateur, mais dépendent également de plus en plus de son âge. Ainsi, au cours du dernier semestre de 2013, les consommateurs de luxe de la tranche d’âge des 24-44 ans (tranche d’âge dont fait partie la génération Y) auraient dépensé environ 50% de plus que leurs aînés (tranche d’âge des 45-70 ans).

Lire l’article

Voir aussi La génération Y et le luxe

L’alcool, support de socialisation

L’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomies vient de publier une étude sociologique sur les jeunes et leur rapport à l’alcool en s’intéressant en particulier aux formes de socialisation qu’il génère. L’alcool demeure consommée dans un esprit festif mais dans des lieux précis, en extérieur, sous forme de rassemblements plus ou moins organisés où l’absence de repères quant à l’évaluation de la consommation peut s’avérer problématique…

Accéder à l’étude

Les européens de plus en plus diplômés

La part des personnes âgées de 30 à 34 ans qui, en Europe, ont achevé des études supérieures a gagné 13 points en une décennie, pour atteindre la barre des 37 % en 2013, révèle une étude Eurostat, office statistique de l’Union européenne.

Top 5 Irlande (52,6 % de jeunes adultes diplômés) Luxembourg (52,5 %) Lituanie (51,3 %) Suède (48,3 %) Chypre (47,8 %)

Flop 5 Italie (22,4 % de jeunes adultes diplômés) Roumanie (22,8 %) Croatie (25,9 %) Malte (26 %) République Tchèque (26,7 %)

Accéder à l’article

Recul de l’illettrisme chez les jeunes Français

Selon les évaluations menées par les ministères de la Défense et de l’Education lors des journées de défense et de citoyenneté, les jeunes français de 17 ans sont moins nombreux qu’en 2009 à avoir de grandes difficultés en lecture. L’illettrisme est en recul constant.  »Tous les jeunes aujourd’hui, que ce soit sur Internet ou n’importe où sont confrontés à des textes simples. La lecture n’a pas disparu avec les moyens modernes de communication, au contraire« , note Catherine Moisan, directrice de la DEPP (Evaluation, prospective et performance au ministère de l’Education Nationale).

Accéder à l’article

Portrait-robot des utilisateurs de MOOCS

Selon un sondage réalisé par l’Université de Pennsylvanie, qui propose la deuxième plus grande offre de cours en ligne massif et gratuit sur Coursera :

  • 30% des utilisateurs de MOOCS ont moins de 30 ans
  • Près de 57% sont des hommes
  • 50% ont un emploi à temps complet
  • 17% sont étudiants
  • 50 % s’inscrivent par curiosité ou pour le « fun »
  • près de 44% pour obtenir des compétences professionnelles spécifiques
  • la motivation pour un diplôme supplémentaire ne concerne que 13% des sondés
  • 17% souhaitent développer des compétences pour un nouveau poste.

Consulter l’article

Autre source sur notre blog : Les MOOCS, révolution ou effet de mode ?

Le diplôme reste déterminant pour l’emploi

Notre d’information du DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) sur l’insertion des jeunes non diplômés ou titulaire d’un diplôme de formation professionnelle ou technologique

L’insertion professionnelle des sortants de lycée a connu une nette baisse en 2013, année qui a vu le chômage des jeunes progresser. Le niveau d’étude reste déterminant pour l’entrée dans le monde du travail : moins les jeunes sont diplômés, moins ils ont de chances de trouver un emploi. Le taux d’emploi des titulaires d’un BTS est plus du double de celui des titulaires du seul diplôme national du brevet, d’un certificat de formation générale (CFG) ou des sortants du système éducatif sans diplôme.

Chiffres-clés 2013

  • 43 % Taux d’emploi des jeunes sortants du lycée
  • 22 % Taux d’emploi des sortants du lycée sans diplômes
  • 47 % Taux d’emploi des sortants du lycée titulaires d’un baccalauréat professionnel
  • 61 % Taux d’emploi des sortants du lycée titulaires d’un BTS

Accéder à la note d’information


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>